Biodiversité

Biodiversité et Surveillance de l’environnement

Le nombre d'espèces de flore et de faune, l'énorme diversité des gènes de ces espèces et les différents écosystèmes de l'océan font tous partie d'un domaine biologiquement divers dont nous avons très peu de données. Cela l'est encore plus dans les profondeurs des océans où les conditions abiotiques extrêmes, y compris d'énormes pressions, les ténèbres éternelles et de basses températures ambiantes ainsi que la rareté des nutriments ont conduit à l'évolution des formes de vie très adaptées à l'abîme. Ces écosystèmes spécialisés ne se retrouvent nulle part ailleurs sur terre. Ces communautés forment des écosystèmes très spécialisés situés en océan profond.

Rôle de réglementation et de surveillance de l’Autorité

L'Autorité internationale des fonds marins a la responsabilité d'établir les règles, règlements et procédures pour prévenir, réduire et maîtriser la pollution du milieu marin par les activités dans la Zone, et pour protéger et conserver les ressources naturelles de la zone et prévenir les dommages à la flore et à la faune (c'est à dire la biodiversité) de l'environnement marin.

En 2011, le Conseil de l'Autorité a examiné une proposition pour un plan de gestion environnementale pour la zone de Clarion-Clipperton présentée par la Commission Juridique et Technique. Le plan prévoyait la création de neuf zones intérêt écologique particulier visant à protéger la structure de la biodiversité et de l'écosystème et le fonctionnement de la zone des impacts potentiels de l'exploitation minière des fonds marins. Le Plan de Gestion Environnementale (PGE) a été adopté par le Conseil en 2012.

Futurs travaux connexes

La restitution des travaux de ces ateliers devrait faire progresser la compréhension des niveaux de référence de l'environnement dans la Zone, soutenir le Plan de Gestion Environnementale (PGE) et permettre à l'Autorité de procéder à des évaluations périodiques de l'état de l'environnement pendant que les activités progressent. Une série d'ateliers similaires sont envisagés pour les sulfures polymétalliques et les encroûtements cobaltifères de ferromanganèse dans les zones où l'Autorité a conclu des contrats d'exploration.

Ces ateliers réunissent des entrepreneurs et des experts en taxonomie des différents groupes d'animaux pour discuter et faire des recommandations sur les normes taxonomiques différentes appliquées par les entrepreneurs. Leurs rapports permettent à l'Autorité de rassembler des données sur la biodiversité collectées par les différents entrepreneurs, à créer des référentiels spatiaux sur la base de classifications taxonomiques normalisées, et de prendre des décisions éclairées sur la gestion de l'environnement dans les zones d'exploration, les zones régionales à forte concentration d'entrepreneurs (comme le Clarion Clipperton zone [CCZ]), et les zones minières.

Protéger la biodiversité en eaux profondes

Pour évaluer les effets potentiels de leurs activités, les entrepreneurs doivent recueillir des données de base sur l'environnement pendant les activités d'exploration. La collecte de données biologiques de référence, cependant, nécessite une expertise taxonomique considérable, d'autant plus qu'une grande partie -probablement la majorité- des espèces est encore inconnue de la science

Pour s'assurer que les normes taxonomiques sont respectées par les entrepreneurs dans leurs études de base des composants biologiques dans les zones d'exploration, il a été décidé de convoquer trois ateliers taxonomiques sur les mégafaune, macrofaune et la méiofaune dans les zones contractées. Le premier atelier taxonomique sur la mégafaune a eu lieu à la Direction de la Recherche Marine de Senckenberg am Meer à Wilhelmshaven, en Allemagne du 10 au 15 Juin 2013 et a porté sur la mégafaune associée aux dépôts de nodules polymétalliques dans la Zone, et en particulier dans la partie CCFZ.

Liens utiles